Vivre avec la douleur au quotidien

La fibromyalgie est une maladie peu connue au Québec. Pourtant, les études estiment que de 2 à 3,3% de la population en est atteinte, et ce, dans toutes les catégories d’âge et de sexe, et peu importe l’origine ethnique ou le statut socioéconomique[1]. Douleurs corporelles diffuses, fatigue intense, troubles du sommeil, problèmes liés à l’humeur… les symptômes de la fibromyalgie sont souvent confondus avec des soucis quotidiens tout à fait normaux, ce qui rend le diagnostic plus difficile.

[1] https://sqf.quebec/la-fibromyalgie/

Erick Guy, vice-président de l’Association de la fibromyalgie du Bas-Richelieu, explique que la douleur vécue quotidiennement ainsi que l’incompréhension de l’entourage amènent beaucoup de stigmatisation et de solitude. L’Association organise donc des soirées et des activités afin d’aider les personnes atteintes de fibromyalgie à socialiser.

Lui-même n’est pas atteint de fibromyalgie, mais doit vivre avec des douleurs très semblables. Le parcours d’Erick Guy est en fait très atypique : champion canadien au lancer du disque dans sa jeunesse, il a fait des études en urbanisme, a travaillé en environnement, dans une quincaillerie et dans des camps de jour où il donnait des cours de basket et de volley, puis est devenu enseignant au primaire. Depuis sa jeunesse, il vit avec des douleurs chroniques liées à une malformation de la colonne vertébrale, à des hernies discales et à des fractures de stress qui n’ont été diagnostiquées que plus tard. Malheureusement, le 27 janvier 2012, un accident banal le laisse paralysé. Ce n’est qu’en 2014, à la suite d’une opération du docteur Zhi Wang, qu’il retrouve l’usage complet de ses jambes.

L’entrainement et le bien-être sont au centre de la vie d’Erick, qui mentionne avoir subi une dépression en réalisant qu’il ne pouvait plus enseigner ni s’entrainer comme il le faisait auparavant. Pour surmonter la douleur au quotidien, il mentionne l’importance de l’entourage – pour lui, c’est sa conjointe Manon qui l’a toujours supporté – ainsi que d’une bonne hygiène de vie : porter attention à l’alimentation, avoir une perception positive de la vie, dormir suffisamment, prendre le temps de relaxer et de méditer… et continuer de faire du sport malgré les défis. Pour sa part, Erick fait du bodybuilding, de la marche et de la nage. L’important : adapter l’entrainement à ses limites! Des conseils qu’il a prodigués dans sa conférence intitulée « Au-delà de la douleur », et qui sont valables pour tous.

Mais pour Erick, la rédemption est surtout passée par la reconnexion avec un passe-temps de sa jeunesse : le dessin, qui s’est avéré très thérapeutique. Et comme il est primordial de rire tous les jours, chacun de ses croquis comporte une bonne dose d’humour! À travers les images de « Tio » (son nom d’artiste), Erick poursuit un objectif : faire sourire enfants et adultes[2]. On peut dire que c’est réussi!

 

[2] On peut communiquer avec Erick via LinkedIn : https://ca.linkedin.com/in/erick-guy-tio-a3a62955.

Partagez cet article ››

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Nos coups de coeur

Vous allez aussi aimer